juin 2009

Archive mensuelle

A la manière de Montesquieu

Créé par le 08 juin 2009 | Dans : Actualités, Exercices de style, Pages d'écriture

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre la Terre malade, voilà ce que je dirais :

les Hommes d’Occident ayant commencé par exterminer ceux de l’Amérique, puis par réduire en esclavage ceux de l’Afrique, ils ont dû mettre leur puissance à l’épreuve en se mesurant à la Terre.

La vie serait trop monotone, si l’on ne saccageait pas le monde.

La Terre dont il s’agit peut être si sauvage, si cruelle, si imprévisible, qu’il est presque impossible de la plaindre.

On ne peut se mettre dans l’esprit que la volonté de plaisir, naturellement au service de nos sens, nous exhorte un jour à prendre conscience de ce que nous faisons.

Il est si naturel de ne penser qu’à soi, que je ne vois pas pourquoi nous nous étonnerions de la disparition des espèces animales ou végétales, soi-disant victimes de nos agissements.

On peut juger de la grandeur d’une civilisation à son aptitude à la destruction, qui, chez les peuples de Mongolie qui ne sont pas du tout civilisés, est presque totalement absente.

Une preuve que la Terre est inutile, c’est que certains scientifiques du monde – les plus éminents – envisagent, à terme, le déplacement de l’espèce humaine vers une autre planète.

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là ne soient pas dignes de confiance, parce que si nous doutions de leur intelligence nous mettrions du même coup la nôtre en question.

De petits esprits exagèrent trop le mal que nous faisons à la Terre. Car si ce mal était tel qu’ils le disent, ne serait-il pas venu à la tête des plus grands financiers, qui font entre eux tant de belles choses, d’en faire une bien plus grande à l’égard de la planète ?

Home…

Créé par le 06 juin 2009 | Dans : Actualités, Le coin critiques

Quel traitement les médias feront-ils de ce qui s’est passé hier ?
Savez-vous, vous-même, d’ailleurs ce qui s’est passé ? Etes-vous au courant qu’un film – offert par son réalisateur en toute gratuité, sans droit d’auteur et disponible sur internet – a été diffusé dans soixante-dix pays du monde en même temps ? Savez-vous qu’hier soir il y avait des dizaines de milliers de personnes sur le Champ de Mars à Paris, pour le visionner et qu’ailleurs, dans d’autres pays, autant de personnes se regroupaient dehors, dans les salles de cinéma, devant leur télévision pour voir ce film fédérateur ?
Non, ce film n’est pas un « super » match de football ; il ne transmet pas non plus le casting géant et planétaire de la prochaine Nouvelle Star ! Ce film nous parle de nous, de l’avenir de l’humanité et des choix que nous avons à faire, rapidement… dans les dix prochaines années.

Je me pose la question de savoir si vous êtes au courant, car ce matin, encore sous le choc des images superbes et terribles que j’ai vues, naïvement persuadée que tout le monde aujourd’hui parlerait de ce film et envisagerait les décisions à prendre, je m’aperçois que les grands titres des journaux disponibles sur le Net parlent des Bleus, de Roland Garros, d’Obama en France, du Liban coupé en deux, des élections européennes… mais pas (ou pas encore) de l’impact du film de Yann Arthus-Bertrand.

Je ne décrirai pas la beauté des images de Home, aucun mot n’étant suffisant pour dire la splendeur, la majesté de notre planète.
Je ne parlerai pas non plus du miracle qui nous a été offert : l’exception improbable de la Vie ; une Vie vieille de plus de trois milliards d’années.
Je ne dirai rien sur l’urgence de nos choix ni de ces choix ; juste qu’il nous reste dix ans, seulement dix ans, pour choisir.
Et je garderai pour moi l’émotion qui m’anime ce matin en pensant que l’Homme ne voit peut-être pas combien ce qu’il est chargé de préserver est aussi grand et merveilleux que fragile.

Le film Home de Yann Arthus-Bertrand est disponible en cliquant ici :

Les choix que nous ferons pour préserver ou non notre planète se feront à Copenhague, en décembre 2009. Vous pouvez contribuer à l’orientation de ces choix en signant l’appel.

Le jeu des cent mots !

Créé par le 03 juin 2009 | Dans : Exercices de style

Pour ceux qui seraient intéressés, je lance l’activité d’écriture suivante !
Il s’agit en cent mots – ni plus ni moins – de nous parler de quelque chose qui vous tient à cœur. Il n’est pas nécessaire d’aborder des sujets graves ou importants ! Non. Il faut juste dire quelque chose qui vous semble intéressant, en respectant la consigne des cent mots. C’est un excellent exercice de concision qui nous oblige à viser l’efficacité en même temps que la précision. Et ça ne prend pas longtemps ! Je suis sur cette consigne depuis à peine cinq minutes.
Au plaisir de vous lire…

Ma valise à livres… (4e partie)

Créé par le 02 juin 2009 | Dans : Le coin critiques, Pages d'écriture

Oui, en ce moment je m’imagine assez bien sur mon île déserte. Sans copies à corriger, sans les dernières mises au point de la pièce que mes élèves joueront dans une quinzaine de jours, sans stress, sans compagnon, sans chien, sans chatte, sans la perspective de ce dernier mois de cours, toujours plus difficile que les autres, ni celle du brevet des collèges où je serai de correction les 2 et 3 juillet puisque l’on m’y a cordialement conviée …pffffffff… Il y a des années comme ça qui sont particulièrement épuisantes ! Celle-ci le fut, l’est pour moi, à plus d’un titre…

Sur mon île. Seule.
Avec mes livres…
Pas forcément longtemps, mais juste assez de temps pour me ressourcer, faire ce que Sénèque préconisait : mon examen de conscience, me balader, écrire, dormir et lire.

Je ne lis plus.
Je n’ai plus le temps, plus de disponibilité pour les personnages de papier. Cette année, j’ai l’impression de n’avoir fait que commencer des livres que je n’ai pas finis. J’ai d’ailleurs un peu honte, même si Pennac, dans ses droits inaliénables du lecteur, m’accorderait volontiers la légitimité de l’inachèvement de mes lectures.

Alors, j’emmènerais aussi sur mon île déserte, dans ma valise à livres, quelques ouvrages qui m’ont plu et dont j’ignore encore la fin…

Melnitz de Lewinsky.
Les autres d’Alice Ferney
Chagrin d’école de Pennac
Seul dans le noir de Paul Auster
Le système périodique de Primo Levi

A suivre…

12

essai09 |
Un amour de "Pékinoise" |
ghadalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes passions de ptit dragon
| illusion3darchitecture
| Florine, la coquine...