Bien que les médias français ne s’en soient pas véritablement emparés, je suppose que vous avez entendu parler, à l’heure du sommet de Copenhague, de cette étrange et nébuleuse affaire qui a pris le doux nom de « climategate » !
Si non, et bien je vous raconte…

Il y a quelques semaines, des pirates informatiques ont rendu publique sur internet, une série de plusieurs centaines de mails privés, qu’auraient échangé, il y a une dizaine d’années, des scientifiques du climat.
Dans ces mails, il serait question d’une ruse, d’un trucage, d’une astuce pour falsifier les chiffres du réchauffement climatique de raison anthropique. Les scientifiques du GIEC nous auraient en effet fait croire à un réchauffement climatique alors qu’en réalité, les températures stagneraient et même auraient plutôt tendance à diminuer !

Les climato-sceptiques, s’emparant de cette bombe inespérée, tentent aujourd’hui de jeter le bébé avec l’eau du bain en parasitant les décisions prises à Copenahgue…

Il est intéressant aujourd’hui de lire les commentaires relayant la bonne parole des climato-sceptiques, sur le net, et d’y déceler, plus que le mépris et la désinvolture, la négation du bon sens !
Négligeant avec superbe l’opportunisme de la révélation des mails – elle tombe en effet si bien qu’elle ne peut être que douteuse – leur discours se résume à une sacro sainte vérité dont ils seraient les illustres détenteurs et fervents défenseurs : on nous a menti, on nous a fait peur pour rien !

Et les voilà qui tentent, bon an mal an, d’opposer à la grande théorie du complot réchauffiste, judéo-franc maçonnique, leur vision libérale et carnassière du monde !

Puisqu’en effet, Madame la Marquise, vous ne le saviez pas mais tout va très bien, en réalité ! Les modes de consommation des pays capitalistes n’ont véritablement aucune conséquence sur l’environnement ! Vous vous êtes fait un peu de soucis ? Yann Arthus Bertand et Nicolas Hulot vous ont un peu fait peur ? Faites fi de tout cela : le monde ne s’est jamais porté aussi bien !
Cessez donc de vous culpabiliser…

Ce qui est terrible c’est que cette affaire en dit finalement plus long sur l’état de la planète que tous les rapports des scientifiques !
Etre obligé de ressortir du sac la vieille idée du complot pour mettre en péril des décisions environnementales mondiales, c’est reconnaître l’urgence de ces décisions et leur possible impact. C’est finalement consentir à prendre le sommet de Copenhague au sérieux !

On n’adresse plus un haussement d’épaules navré, sceptique et cynique à la planète, on sort les bazooka et tente de tirer dans le tas !

Effarant !