De deux choses l’une, me dis-je ce matin, alors que le monde, bon an mal an, continue de tourner. Soit Ben Laden est mort, soit il ne l’est pas. Dans tous les cas, il ne peut pas être mort et vivant en même temps. Ce qui serait, vous en conviendrez très chers amis lecteurs, un pur non sens. Or, à ma grande surprise, j’observe que parfois il est vivant :( et parfois il est mort :) !!

Pour faire court, lorsqu’il s’agit de vanter l’efficacité du contre-terrorisme international et la puissance militaire du « monde libre », il est de bon ton de dire que Ben Laden n’est plus de ce monde !
Mais lorsqu’il s’agit d’agiter le spectre effroyable du terrorisme international, et d’insuffler dans les esprits un sursaut de terreur, il est préférable de le ressusciter !
Et ces derniers temps, Ben Laden n’est pas à moitié ressuscité, comme il n’est pas à moitié mort. Il n’y a aucun doute possible sur l’authentification de son dernier message menaçant la France, relayés par les commentaires journalistiques : Ben Laden a dit que… ; Les dernières déclarations de Ben Laden montrent que… ; Ben Laden menace à nouveau la France et ses menaces « exigent la plus grande vigilance… »
Donc, j’en conclus qu’en ce moment Ben Laden est bel et bien vivant.

Et vivant à 100 %, sans plus l’ombre d’un doute. Vivant avec la cohorte de symboles négatifs qu’il représente, vivant avec sa haine du monde occidental, vivant avec ses intimidations, vivant avec le souvenir du 11 septembre (patrimoine psychologique de l’humanité à canines !) vivant avec la peur qu’il inspire aux 20% de la planète en plein déclin, vivant avec ses allégations qui font très froid dans le dos « tuez et vous serez tués ! » ce à quoi, on pourrait ajouter « moi l’alpha et l’omega, je suis celui qui est, qui était et qui sera… comme la peur qui, de toute éternité, siège en vos esprits. Allah walk bar ».

Il est à parier que Ben Laden mort n’aurait été d’aucune utilité pour faire passer la pilule indigeste de la réforme des retraites.
Mais bon, moi je dis ça, je dis rien ! …