Don’t worry, be happy

Créé par le 21 juil 2010

Quelqu’un est venu sur mon blog et a fait traduire en anglais mon (excellent :) ) article sur Montaigne….
Youpi, Lulubie part en balade : elle va faire … le tour du monde :)

« For it is I am painting » …
Posted by lulubie June 16, 2010 at 09:48 | In: Critical Corner
It seems there is no morality in Montaigne can prevail over all others, except the famous « what do I know? « Skeptics.

Starting from a sort of I do not know anything about myself and I go in search of what I am writing tests conducted this spirit reflective, introspective and lucid, to observe its contradictions, inconsistencies, his natural often opposed to custom, institution, the manners of his time.

Do not see Montaigne righting a wrong, just an intelligent mind seeking the truth, his natural truth. A mind in perpetual motion.

Great for a modern quest for authenticity, before a time when classical literature will make absolutely jealous jealous or completely greedy misers: kinds of typical characters, no real depth or nuance. Great modern, great clarity of mind that discovers it is neither uniform nor constant and even less reducible.

Questioning of self, writing tests is writing the suspicion guided by a single purpose, Socratic self-knowledge itself.

The observation of men, the multitude of examples that deploys Montaigne, over its pages, often leads to perceiving the world as a mirror of himself. And in doing so, speaking of himself, he speaks and the world about the world he speaks of him as if the truth itself would eventually result in the revelation of a universal truth, a truth that would lead us to with an unshakeable inner belief: « Every man bears the entire form of the human condition.

Het melkmeisje…

Créé par le 09 juil 2010

Et levée aux aurores
La voilà qui s’affaire…

vermeer27jpg.jpeg

A chanter la lumière
Qui coule comme l’or…

Vive les vacances… 2e saison !

Créé par le 05 juil 2010

Après une année encore bien chargée, commencer les vacances par un peu de réflexologie plantaire, c’est vraiment le pied !!! :)

n2854854132616153228207.jpg

« Car c’est moi que je peins »…

Créé par le 16 juin 2010 | Dans : Le coin critiques

Il semble qu’il n’y ait chez Montaigne aucune morale qui puisse prévaloir sur toutes les autres, si ce n’est le fameux « que sais-je ? » des sceptiques.

Partant d’une sorte de je ne sais rien sur moi-même et je pars en quête de ce que je suis, l’écriture des Essais conduit cet esprit réflexif, introspectif et lucide, à observer ses contradictions, ses inconstances, ses penchants naturels s’opposant bien souvent à la coutume, à l’institution, aux mœurs de son temps.

Ne voyons pas chez Montaigne un redresseur de torts, juste un esprit intelligent cherchant la vérité, sa vérité naturelle. Un esprit en perpétuel mouvement.

Grande modernité d’une quête de l’authentique, antérieure à une époque où la littérature classique présentera des jaloux absolument jaloux ou des avares complètement avares : sortes de personnages types, sans réelle nuance ni profondeur. Grande modernité, grande lucidité d’un esprit qui découvre qu’il n’est ni uniforme, ni constant et encore moins réductible.

Mise en question de soi, l’écriture des Essais est un écriture du soupçon guidée par un seul dessein, socratique : se connaître soi-même.

L’observation des hommes, la multitude d’exemples que déploie Montaigne, au fil de ses pages, le conduit bien souvent à percevoir dans le monde comme des miroirs de lui-même. Et ce faisant, parlant de lui, il parle ainsi du monde ; parlant du monde, il parle aussi de lui, comme si la vérité de soi conduisait finalement à la révélation d’une Vérité universelle ; d’une Vérité qui nous conduirait à la grâce inébranlable d’une intime conviction : « Tout homme porte la forme entière de l’humaine condition ».

Visions du monde

Créé par le 02 juin 2010 | Dans : Le coin critiques

Un tout nouveau forum, plein d’avenir… à venir découvrir :)

http://visionsdumonde.forumactif.net

Des idées ?? J’ai besoin d’aide…

Créé par le 20 avr 2010 | Dans : ma (petite) vie…, une vie de prof

Je fais aujourd’hui un appel sérieux à votre créativité ; disons l’appel du 20 avril, mon général ! Dans le cadre d’une pièce de théâtre avec tout petits moyens, comment procéderiez-vous pour faire un nez, et qui plus est le nez de Pinocchio ?

Notez que j’offrirai à celui ou celle qui m’aidera à trouver l’astuce un kilo de carottes ou une magnifique paire de tongs. Ou même les deux, tiens ! :)

Comment se faire des amis tout en parlant à un mur : approche de la terminologie facebookienne !

Créé par le 05 avr 2010 | Dans : Sans conséquences…

Depuis plusieurs semaines, je traînasse sur Facebook et je finis par négliger ce formidable, très populaire et époustouflant Journal-de-Lulubie. Aussi, de temps en temps, ai-je quelques remords, et décide donc aujourd’hui de mettre la main à la plume pour vous offrir un merveilleux articles de Pâques.

Pour ce faire, je m’inspirerai entre autres du grand Dale Carnegie qui, il y a quelques dizaines d’années, promulguait de précieux et sages conseils pour élargir un réseau amical : sourire beaucoup et, si besoin était, se faire réparer les dents ; rendre des services et se montrer agréable avec tout le monde ; ne pas sentir mauvais dans la bouche ; ne pas sortir avec sa poubelle, son slip ou une salade verte sur la tête… et j’en passe. Je suppose qu’un tas de gens ont pu vérifier l’efficacité de ces conseils !!
Mais, pour la plupart, à l’heure de la communication virtuelle via le Net, ils deviennent totalement inopportuns lorsqu’il s’agit d’élargir son cercle d’amis, sur Facebook. On peut alors, en effet, ne s’être ni levé, ni lavé depuis trois semaines, dégager une odeur épouvantable et avoir la bouche de Joe Star, il suffit de mettre une photo de paysage ou de chat à la place de sa photo de profil, et du même coup on peut récolter jusqu’à 400 ; 500 amis !!

Personnellement, et modestement, j’en ai une trentaine ! Mais, j’ai une raison sérieuse : je refuse systématiquement les demandes d’amitié louches, les demandes d’élèves, et les demandes dont j’ignore absolument tout du destinataire. Sinon, j’en aurais au moins…… quarante !! Et même beaucoup, beaucoup plus si je m’empressais à chaque connexion de demander au premier zigoto venu d’être mon ami.

Avec Facebook on passe donc son temps à redéfinir l’amitié (à propos de laquelle je rappelle que Montaigne a pour sa part écrit de magnifiques pages) on se surveille les uns les autres, et comme diraient mes élèves « on se la pète » !

La terminologie sur Facebook est en outre un véritable poème. On AIME (!) les ACTIVITÉS (!!) de gens dont on sait très bien qu’ils sont absolument immobiles derrière leur écran ; on est FAN (!!!) de pages souvent écrites dans un français défaillant, et on a des AMIS parfois innombrables (!!!!) dont on ne sait souvent pas grand chose, qui peuvent écrire sur notre MUR (!!!!!) : à ce propos mon ami Popichou (petit personnage dont je vous parlerai peut-être plus tard) détestait que des passants ordinaires pissent sur le sien !

Approche cumulative de la relation amicale, travestissement linguistique, culte de la légèreté, Facebook qui fait oublier Orwell (Big Brother’s watching you ! Stay exactly where you are, stand back to back…) et qui garde tout en mémoire, rend malheureusement un peu court. On publie un truc plus ou moins débile et inconsistant ; et vite on s’empresse de voir si l’un de nos amis l’a lu, et comble du bonheur et de la reconnaissance, l’a commenté !!!

Parmi les pages les plus inénarrables et inutiles, il y en a une multitude, je suis tombée ce matin sur celle-ci qui me proposait de devenir FAN : « Un roux, quand il pleut, ça fait du jus d’orange !! »
Bon ok, je l’avoue, j’ai un peu ri, c’est tellement, tellement … :)

Le grand intérêt finalement, c’est de retrouver des amis, de vrais pour le coups, que l’on avait perdu de vue depuis 10 ; 15 ou 20 ans et de rejouer le temps de quelques échanges … « Mes meilleurs copains ».

12345...9

essai09 |
Un amour de "Pékinoise" |
ghadalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes passions de ptit dragon
| illusion3darchitecture
| Florine, la coquine...